Confitures solaires Coffrets de saison Confitures à la carte La cuisson solaire Dégustations
Page d'accueil

Page d'accueil


Confitures solaires Coffrets de saison Confitures à la carte La cuisson solaire Dégustations

L'inventrice Mentions legales CGV Aide Expédition

Voir ma sélection Voir mon panier Valider le panier Mon compte

dans mon panier: 0 article(s), 0,00 EUR

L'inventrice

Martine Augizeau

Si Martine Augizeau a une passion, c'est celle de la cuisine. Rien ne lui fait plus plaisir que de régaler ses convives. Un trait de caractère qu'elle a sûrement hérité de sa mère qui tenait la crêperie Chez Badine (devenue aujourd'hui La Table des épicuriens). Elle-même a œuvré aux fourneaux du Salicorne jusqu'à l'année dernière où elle a revendu l'établissement. Mais n'allez pas croire qu'elle se soit mise en retraite anticipée.

Une innovation : un projet écologique

A tout juste cinquante ans, elle a décidé de cuisiner… au soleil ! «Pendant vingt ans, j’ai été enfermée dans ma cuisine à transpirer derrière mes fourneaux et à devoir supporter le bruit de la hotte.» Aujourd’hui, tout cela est fini. Désormais, elle assouvit sa passion en plein air. Très engagée en faveur de la protection de l’environnement, elle a en effet découvert les vertus des fours solaires. «Plus de gaz, plus d’électricité, c’est magique», s’enthousiasme-t-elle. Dans son jardin, plusieurs modèles sont installés sur la terrasse. Ressemblant à des paraboles, ces «satellites», comme elle les appelle, sont composés de lames réfléchissantes qui concentrent les rayons du soleil au centre de l’appareil. C’est là qu’est installée une grille sur laquelle on peut déposer n’importe quel récipient. En jouant sur l’inclinaison et l’orientation de la coupole, on obtient une température plus ou moins importante. «On peut monter jusqu’à 250°C et faire bouillir un litre d’eau en trois minutes.»

Des confitures pour commencer

Mais pour le moment, de la confiture de melon mijote dans des petites bassines en cuivre. «Ce mode de cuisson garde l’intégralité des vitamines et du parfum des aliments. Le produit ne se déforme pas. Le fruit reste entier et conserve sa couleur d’origine.» Du coup, ses confitures ont besoin de moins de sucre : environ 50 % quand les autres affichent une teneur d’au moins 60 %. Au final, ses recettes font plutôt penser à des desserts qu’à de simples confitures. On se voit très bien oublier les tartines et déguster le pot simplement à la petite cuillère. «Et imaginez sur des crêpes…», s’extasie-t-elle les yeux plein de gourmandise.

Ces confitures, qu’elle décline pour tous les goûts selon les arrivages de fruits d’été (fraise, pêche, pomme, kiwi, reine-claude, prune…), elle les commercialisera à partir du 10 octobre à l’occasion du festival international de l’innovation I’NOV à Mérignac (lire encadré). Car pour protéger son procédé, Martine Augizeau a déposé un brevet relatif au mode de fabrication. Les amateurs de saveurs fruités pourront ensuite retrouver ses produits sur son site internet (en préparation). Elle s’adressera à tous les publics, car outre ses préparations traditionnelles, elle proposera une gamme 100 % fruits pour les diabétiques et une autre certifiée AB pour les inconditionnels des produits biologiques.

Mentions legales